vendredi 1 février 2013

Chronique : The Parasol Protectorate, book 1: Soulless

TitreThe Parasol Protectorate, book 1: Soulless (Le Protectorat de l'Ombrelle, tome 1 : Sans Âme)

Auteur : Gail Carriger

Editeur : Orbit

Genre : Bit-lit, Steampunk

357 pages


Quatrième de couverture

Alexia Tarabotti is laboring under a great many social tribulations. First, she has no soul. Second, she's a spinster whose father is both Italian and dead. Third, she was rudely attacked by a vampire, breaking all standards of social etiquette.

Where to go from there? From bad to worse apparently, for Alexia accidentally kills the vampire -- and then the appalling Lord Maccon (loud, messy, gorgeous, and werewolf) is sent by Queen Victoria to investigate.

With unexpected vampires appearing and expected vampires disappearing, everyone seems to believe Alexia responsible. Can she figure out what is actually happening to London's high society? Will her soulless ability to negate supernatural powers prove useful or just plain embarrassing? Finally, who is the real enemy, and do they have treacle tart?

oOo

Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. 

Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. 

Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?

Mon avis

J'ai passé un excellent moment avec cette lecture, l'auteur nous plonge dans une époque victorienne où vampires et loup-garous font partis de la société londonienne. Dans cette univers qui semble moderne on considère que les femmes sont sans cervelle et leur but dans la vie c'est de trouver un bon parti. Alexia Tarabotti est l'exception qui confirme la règle, à 26 ans c'est une vieille fille et se marier est le cadet de ses soucis. De plus, comme l'auteur nous le répète x fois dans le livre, elle est à moité italienne par son père et a un physique qui n'est pas dans les canons de beauté de l'époque à Londres : elle a le type méditerranéen. Mais surtout elle a hérité de son père une caractéristique particulière : elle n'a pas d'âme. Cette absence d'âme a un effet particulier, il annule la nature surnaturel des personnes qui entre en contact physique avec Alexia, vampires et loup-garous deviennent des êtres humains normaux le temps de ce contact.

 Dès les premières pages j'ai adoré Alexia Tarabotti, justement parce qu'elle est différente, c'est une femme très cultivée, très maligne, avec un caractère affirmé et qui ne s'en cache pas malgré les qu'en dira-t-on. J'ai vraiment aimé son côté "j'ai pas ma langue dans la poche" et "je me laisse pas faire", elle a toujours le sens de la repartie et ce qui est fou c'est qu'en toute circonstances elle n'oublie jamais le respect des convenances et fait toujours très attention à ses tenues. Par ailleurs, j'ai aussi adoré Lord Maccon et son caractère brut de décoffrage, on comprends de suite qu'il craque pour Miss Tarabotti et ses maladresses sont attendrissantes.

L'humour "so british" présent tout le long du roman m'a beaucoup plu. J'ai particulièrement aimé les échanges entre Alexia et Lord Maccon que je trouvais hilarant quasi à chaque fois. J'ai adoré la relation que l'auteur a mis en place entre eux et les passages un brin érotique m'ont vraiment fait rire à cause des réactions d'Alexia. Mais même si cette dernière et Lord Maccon sont les personnages que j'ai préféré, j'ai aussi beaucoup aimé certains personnages secondaires comme Lord Akeldama, le vampire extravagant ami d'Alexia qui refuse de faire parti d'une ruche (ah oui j'ai oublié de préciser, les vampires sont organisés en ruches dans cette société et les loup-garous en meutes), le professeur Lyall le Beta de Lord Maccon et Floote le majordome d'Alexia, j'ai adoré leurs côtés très zen en toute circonstance et très réactif à ces deux-la. Par contre, la mère et les soeurs d'Alexia m'ont horripilé ainsi que son amie Ivy avec ses chapeaux improbables, et en même temps elles m'ont fait rire à chaque fois qu'elles étaient choquées par des paroles ou le comportement d'Alexia qu'on trouverait de nos jours tout à fait normal.

Ayant lu ce livre en VO je ne peux pas vraiment me prononcer sur le style d'écriture de l'auteur mais je n'ai pas trouvé cette lecture d'une difficulté insurmontable, j'ai compris l'essentiel de ce qui se passait et c'est ce qui m'importais. Au passage, j'ai appris quelques nouveaux mots dont un des plus important dans cette lecture est "spinster" (célibataire dans le sens de vieille fille!).

Bref, une lecture vraiment très agréable qui m'a réconciliée avec les vampires et les loup-garous et dont je lirais la suite avec plaisir (d'ailleurs elle attends déjà sagement dans ma pal ^^).




+1

(8/36)

(3/26)


(3/92)

(1/20)




2 commentaires:

  1. Je l'avais lu en VO aussi et j'avais vraiment adoré le style vraiment charmant de l'auteur, comme les personnages et l'histoire ! Je suis ravie que ce tome 1 t'ait plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment adoré l'humour de l'auteur, c'était vraiment une lecture très sympa :) J'ai déjà les tomes suivants en vo aussi ^^

      Supprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, je vous répondrez avec plaisir dès que possible :)